Brand Hero

Lakeland Europe Blog- Français

Lakeland Europe Blog Lakeland Europe Blog – Français Lakeland Europe Blog – Deutsch Lakeland Europe Blog – española Lakeland Europe Blog – Italiano Lakeland Europe Blog – Nederlands Lakeland Europe Blog – Polski
 English  Français  Deutsch  española  Italiano  Nederlands  Polski

Marier un équipement de protection individuelle à un autre: une solution pour le meilleur ou pour le pire ?

Les normes CE identifient les différents types de protection selon leurs fonctions spécifiques. Il peut s’agir notamment de protections contre les produits chimiques, ou de protections contre la chaleur et les flammes, ou encore de protections contre les arcs électriques, etc. Cette méthode de classification est pratique, mais dans les faits, celle-ci s’avère peu réaliste. La plupart du temps, les applications induisent bien plus qu’un seul et unique risque. Dans certains cas, une protection contre les produits chimiques, et une autre contre la chaleur et une autre encore contre les arcs électriques seront nécessaires. Généralement, les utilisateurs doivent faire face, non pas à un unique danger, mais à plusieurs dangers.

La solution qui semble évidente consiste à « marier » différents types de protection en combinant les équipements de protection individuelle (EPI). Mais ce mariage est-il heureux ? Ou est-ce un aller simple vers l’enfer de la protection individuelle ? Les caractéristiques de L’une ne vont-elles  pas affecter les caractéristiques de l’autre ? C’est effectivement une possibilité et même une réalité. Les utilisateurs doivent avoir bien conscience des risques que ce type d’association comporte.

Pyrolon CRFR over TPG.pngCe problème se décline en deux variantes :

  • D’une part, il est possible que deux types d’équipement de protection individuelle soient nécessaires afin de protéger différentes parties du corps.
  • D’autre part, il est possible que deux types de protection soient nécessaires sur une même partie du corps, afin de fournir différents types de protection.

 

Pour la première variante, rien de compliqué. Garantir une compatibilité optimale entre les différents EPI relève essentiellement de la responsabilité des fabricants. Côté utilisateurs, la question à se poser est la suivante : « Si l’on utilise conjointement différents EPI, cette association fonctionnera-elle correctement ? ». Par exemple, la capuche de ma combinaison va-t-elle s’ajuster correctement au rebord de mon masque ? Ou encore, à quel point le raccord entre les manches de ma combinaison et mes gants de protection contre les produits chimiques est-il efficace ? Bien souvent, les solutions choisies relèvent de l’improvisation. On peut de cette manière observer des raccords fixés à l’aide de ruban adhésif. Toutefois, ce genre de solution n’a fait l’objet d’aucun essai. Il convient alors de trouver de meilleures alternatives, en optant notamment pour des capuches offrant un meilleur ajustement ou un système de raccordement des gants.

Association de différents EPI : quels sont les dangers ?

S’atteler à la seconde variante est davantage problématique, en partie en raison du fait que les problèmes sont moins évidents, et qu’une solution n’est pas forcément disponible dans l’immédiat. En matière de vêtements de protection, il n’est pas rare de voir les utilisateurs porter une combinaison jetable standard contre les produits chimiques au-dessus d’une tenue prévue afin de protéger contre les risques thermiques.

Nombreux sont les utilisateurs à être amenés à porter des vêtements de protection thermique (constitués de Nomex®, de coton ignifuge ou d’une matière semblable) afin de se protéger contre le risque de flammes et les dangers de la chaleur. Cependant, dans de nombreuses situations, une protection contre les produits chimiques est également indispensable. Et bien trop souvent, la solution pour laquelle optent les utilisateurs consiste à porter une combinaison de protection contre les produits chimiques au-dessus de leur protection thermique. Le prix élevé des vêtements de protection thermique et du blanchissage, qui par ailleurs réduit la durée de vie du produit, les motivent. Ainsi, une combinaison jetable standard portée au-dessus de vêtements de protection thermique peut sembler être un moyen efficace de réduire les coûts. Cette solution est toutefois un véritable problème susceptible de gravement compromettre l’efficacité de la protection thermique.

Les vêtements de protection thermique agissent telle une barrière contre l’énergie thermique entre la source de chaleur et la peau de la personne qui porte le vêtement. Les combinaisons de protection contre les produits chimiques, quant à elles, brûlent et s’enflamment, faisant couler les débris brûlants en fusion, et adhèrent aux surfaces, notamment au tissu composant la tenue de protection thermique portée en-dessous. Qui plus est, les combinaisons jetables sont constituées de matières thermoplastiques qui ont la faculté d’absorber l’énergie thermique et de la libérer progressivement au fil du temps. Le polypropylène et le polyéthylène fondus vont ainsi continuer de libérer l’énergie thermique longtemps après la phase de combustion.

En résulte un transfert de l’énergie thermique vers la peau de la personne portant le vêtement, longtemps après l’extinction de la source de chaleur. Les pores du tissage constituant le matériau de protection thermique sont alors obstrués, créant un phénomène de « gaz à effet de serre », maintenant l’énergie thermique tout contre la peau du porteur. En d’autres termes, la combinaison jetable agit elle-même telle une véritable source de chaleur, tout en neutralisant la protection thermique assurée par les vêtements prévus à cet effet.

TPG and disposable body burns.jpgEt, ceci ne se limite pas à la théorie. Les tests réalisés sur les mannequins thermiques révèlent l’efficacité des vêtements de protection thermique au travers d’un scénario d’inflammation spontanée et permettent d’anticiper le pourcentage de brûlure corporelle aux 1er et 2d degrés. Des tests indépendants ont été menés sur diverses combinaisons de protection contre les produits chimiques portées au-dessus de vêtements de protection thermique. Les résultats sont saisissants :

Le pourcentage de brûlure corporelle anticipée lorsque l’utilisateur porte uniquement une combinaison de protection thermique s’élève à 37 %, provoquant des brûlures au 1er degré uniquement (cartographie des blessures corporelles 1). Tandis qu’en cas de port d’une combinaison jetable standard au-dessus de la protection thermique, le pourcentage de brûlure corporelle anticipée passe à 53 %, impliquant de graves brûlures corporelles au 2d degré (cartographie des blessures corporelles 2).  Les zones rouges indiquent l’emplacement des brûlures au 2d degré. Elles se concentrent au niveau des bras et des jambes, précisément où, dans la vidéo portant sur le test, l’on voit le polymère jetable continuer de brûler longtemps après extinction de la source d’inflammation. Ces brûlures corporelles recouvrant une plus grande partie du corps (de 37 % à 53 %) et s’avérant plus graves, celles-ci peuvent être décisives quant au pronostic vital du blessé.

 

TPG + Pyrolon CRFR body burn.jpgFort heureusement, une solution existe. Des protections ignifuges jetables spécialement conçues sont disponibles afin de remplacer les combinaisons jetables standards. La cartographie des brûlures corporelles ci-dessous (cartographie des blessures corporelles 3) a été établie d’après la même série de tests et concerne le modèle Pyrolon CRFR, une combinaison de protection contre les produits chimiques spécialement conçue pour résister au feu, lorsque celle-ci est portée au-dessus de vêtements de protection thermique :

 Ici, on constate que, non seulement, les brûlures corporelles ne relèvent que du 1er degré, mais aussi que le taux de brûlure corporelle anticipée est passé à 24 %. La protection thermique est ainsi nettement renforcée.

Il est crucial pour les utilisateurs, lorsqu’ils associent différents équipements de protection individuelle, de systématiquement s’assurer que l’utilisation de l’un n’a aucun impact sur les performances de l’autre. Et si tel est le cas, il est de leur responsabilité de trouver une solution alternative qui leur sera bénéfique. Tout mariage, qu’il soit idéal ou non, vous engage pour le reste de votre vie...

© 2016 Lakeland Inc. All Rights Reserved.